5zrp5vyc

Oui, c'est à vomir. Ca vous dérange ? Bien contente.

Cette année, je me suis rendue compte d'un truc. Non, ce n'est pas la présence de voix d'adolescentes pré-pubères dans les publicités pour les produits anti-acné, non ce n'est pas non plus la révélation de l'incroyable sex appeal de Guy Lagache qui agite depuis quelque temps le bas-ventre de la ménagère en arguant un style d'écolo bobo dans Capital Terre et ce n'est pas l'humour des anglais encore une fois révélé dans la publicité pour les biscuits Mc Vitie's (qui sont au passage délicieux). Le thème est tellement commun que je ne sais pas pourquoi cela ne m'est pas arrivé plus tôt, mon jeune âge, ma naïveté, mon total désintérêt du sujet ou quoi que ce soit d'autre, toujours est-il que c'est cette année que j'ai eu la révélation. J'ai noté qu'autour de la Saint-Valentin existe une espèce d'énorme hypocrisie chez toutes les couches sociales françaises, homme ou femme, jeune ou moins jeune, beau ou moins beau, intelligent ou moins intelligent, etc.

Pourquoi ai-je entendu de partout en ce 14 février 2011 :

« La Saint-Valentin c'est nul » = argument majoritairement tenu par les célibataires.
« La Saint-Valentin est une fête commerciale » = argument tenu par les intello.
« Je n'ai pas besoin de la Saint-Valentin pour montrer que j'aime » = argument tenu par les menteurs.
« Lol nn je fèt pa la sin valentin c pr lé pédé » = argument tenu par les ados voire les personnes manquant d'intellect.

L'hypocrisie est là. Franchement, est-ce que vous vous voyez dire à votre grand-mère :

« Bon écoute mamie, t'es bien gentille tout ça mais la fête des grands-mères, à part rebooster le marché des fleurs et du cacao par un effet d'offres et surtout de demandes, ça sert à rien, donc je ne te la souhaiterai pas. »


Parce que oui, quand même, si vous décidez cette année de ne pas souhaiter sa fête à mamie, encore faut-il la prévenir. Rebelle, d'accord, mais montrez lui que vous pensez malgré tout à elle en ce jour. Imaginez l'indélicatesse et les remous familiaux. Je vois d'ici les remontrances accompagnées d'expulsions « patrimono-héritagiennes ». Je ne vous fais pas non plus de dessins concernant la fête des grand-pères, des pères et le summum : celle des mères.


« Lol nn maamèr moi jl'emerd mdr lé chocola jlui métré ds le c*l ptdr »

Voiiilà. C'est dit. C'est classe hein ? Bref. Généralement les fêtes concernant nos aïeux (pardon aux familles) ne posent pas de problème lorsqu'il s'agit de les souhaiter et de les fêter (le problème en vrai c'est le cadeau). Ces fêtes sont une sorte de reconnaissance, une manière de remercier les personnes qui nous ont élevé, etc. Mais surtout, si quelqu'un ne le fait pas il est généralement mal vu socialement. Ingrat ! Bon seule la fête des mères a eu une réelle utilité au temps de sa création. Ces festivités sont restées ancrées dans les mœurs.


Ceci nous ramène à la fameuse Saint-Valentin. La personne qu'on aime, pas besoin de lui être socialement reconnaissant, après tout, elle est juste présente tous les jours à nos côtés. Je note l'aspect mièvre de cette fête et ne passerai pas outre. Allez, c'est quand même le seul jour où être complètement gaga est autorisé et pardonné. Jugé et critiqué, oui, mais autorisé et encouragé par tous. Vomissez des cœurs, des poèmes et autres couleurs de l'arc-en-ciel ! En dehors, vous noterez quand même l'esprit fermé qui pond un « débiles » devant un couple amoureux. Ou plus simplement d'un être aimé qui se pose des questions quant à la maturité de la personne qui accompagne ses nuits. Oui, être gaga à la Saint-Valentin c'est cliché, mais rien n'empêche de le faire en dehors. A vos risques et périls.


Tout ça pour dire que je pense qu'au fond tout le monde aimerait fêter ça en paix, le problème de la plupart des français (dans d'autres pays ce type de fêtes passe très bien) est de vouloir se distinguer de son voisin. Et quoi de plus ringard pour quelqu'un qui veut se distinguer d'autrui de fêter quelque chose le même jour en même temps que des millions d'autres ? Surtout lorsque cela concerne l'épanchement de sentiments.

Je suis d'accord, si cette fête n'avait pas été instaurée (notons que Saint Valentin était un épileptique) cette question n'existerait pas. Précisons quand même qu'elle est beaucoup plus ancienne que ses consœurs fête de mères et autres pères. Pour la majorité des versions elle daterait de périodes anciennes, et aurait été instaurée pour célébrer l'honneur d'une personne. Bon pas dans toutes les versions, ok. Commerciale ? Moins que ses descendantes donc.  Sachez que les fêtes des mères, des pères, des grands-pères, etc. sont modernes. Parce que l'amour, bien que mièvre, tout ça tout ça, est beaucoup plus universel et anciennement admis (allez lire les histoires d'amour qui ont mille ans) que le respect et l'échange entre les membres d'une même famille. Aujourd'hui on admet qu'il faut respecter ses parents, sa famille, etc. Mais ce n'est pas le cas dans tous les pays, ça n'a pas été le cas dans toutes les périodes historiques, alors que l'amour lui l'a été. D'où mon problème, pourquoi avoir honte de fêter la Saint-Valentin ?

Conclusion :


« La Saint-Valentin c'est nul » = ne t'en fais pas un jour tu (re)tomberas amoureux et peindras l'air de tes sentiments.
« La Saint-Valentin est une fête commerciale » = range ton pseudo-anti-consumérisme au placard aux côtés de ta fierté et de ta pseudo-originalité, ça ne te fera pas de mal.
« Je n'ai pas besoin de la Saint-Valentin pour montrer que j'aime » = le problème n'est pas là, si tu les fais en dehors, preuve que tu peux le faire ce jour-ci.
« Lol nn je fèt pa la sin valentin c pr lé pédé » = nan mais là je ne peux rien faire, c'est déjà trop tard.

Personnellement, oui je pense que la Saint-Valentin est devenue une fête commerciale car principalement rappelée par les vitrines des magasins mais j'aime la fêter. J'estime surtout que dépenser de l'argent n'est pas nécessaire, cette journée peut être le moment de faire quelque chose d'inhabituel qui plaira à tous. Et ce tout en gardant ses deniers bien au fond de sa poche.