Ce billet pour ne pas dire grand-chose, juste quelques avis sur Fable III que j’ai terminé il y a peu ainsi que sur Ghost Trick : Détective Fantôme qui ne cesse de me surprendre.

 

Fable III

90724_fable2

Bon je crois que j’en avais déjà assez parlé, et à force logiquement j’ai craqué. Je désespérais à l’idée de respecter un proverbe qui résonne dans ma tête au moins deux à trois fois par mois (qui du coup me fait bien sourire) « Ceux qui en font moins en parlent plus ». Et puis je venais de terminer Fable II, du coup pour la modique somme de 70€ (qui est au passage, rappelons-le, une arnaque finie) j’ai acheté Fable III sur Xbox 360. La version PC attendra.

Le jeu démarre sur une cinématique d’introduction bien osée, qui a en plus la particularité de nous faire sourire en même temps qu’elle nous révolte. Et pour cause, la douce voix de Thérésa (je dois la présenter ? Vraiment ? C’est à peu près la seule chose qui n’a pas bougé, avec les musiques, entre Fable, Fable II et Fable III) nous conte l’histoire d’un Albion rongé par l’oppression d’un roi (fils de …) qui ne porte aucun respect envers ses sujets.

La cinématique terminée, le choix est offert entre un personnage féminin et un personnage masculin qui sera le frère, ou la sœur donc, du roi méchant. Depuis quand une fille est un héros ? Bref, perso j’ai pris l’Homme avec un grand H comme dans Halimi (pour citer un fameux orateur). Ah oui, une petite chose, la télé sur laquelle je jouais (ce n’est malheureusement pas chez moi) mesure à peu près la taille d’un nain en hauteur, et deux en longueur et pourtant les graphismes ne souffrent d’aucune pixellisation. Un pur bonheur cette qualité d’image, bravo, c’est tellement beau que j’en pleure presque. Et donc après ça blablabla baisé baveux et pas content contre le roi. La première partie du jeu commence et il s’agit de rallier le plus de personnes possibles à sa cause, celle de prendre par la force le trône du frère du héros. Et de toute façon Thérésa, « la déesse aveugle » est d’accord. Bon là on retrouve l’esprit de Fable à savoir parler aux gens, accomplir des quêtes (plus ou moins importantes selon la personne en question) afin de les aider, faire des promesses, collecter de l’argent, acheter des propriétés pour devenir le maître du monde et se faire insulter parce que le loyer est trop élevé. Le tout en ayant clairement le choix  d’être méchant ou gentil.

Une fois la révolte accomplie la deuxième partie du jeu débute, on apprend que finalement tout n’est pas aussi simple que ça, que le méchant de l’histoire ce n’est finalement peut être pas celui auquel on s’attendait. Tiens ça me fait penser au premier ça ! Cet aspect du jeu est réellement intéressant puisqu’il fait beaucoup plus appel à la réflexion dans le sens « choix et conséquences ». Allez-vous pouvoir respecter toutes les promesses que vous avez tenues ?  

Et la fin… Non mais la fin. Beurk ! Beurk Beurk Beurk ! Depuis le premier aucune fin n’est assez digne pour porter le mot « fin » justement. Le II c’est une blague, et le III est un mélange entre une blague et la fin du I. Bref, je vous laisse savourer cette chose avec votre propre sauce, moi je m’attaque à d’autres aspects du jeu.

 

EDIT : après réflexion et étant donné que ça fait deux fois que la fin d'un Fable est naze (sans compter que dans le premier elle est floue), je me dis que c'est peut être une esthétique volontaire. Sous-entendu la finalité, le but, n'est pas de jouer pour se confronter à un boss méga compliqué ou un final qui en jette. Le principe du jeu réside dans le cheminement, le déroulement. C'est vrai que ça surprend parce qu'on est habitué à voir et surtout aimer les belles fins ; films, livres et jeux confondus. Il ne faut pas s'arrêter à la fin d'un Fable, mais plutôt au déroulement. D'ailleurs c'est très surprenant, on a pas envie que le jeu se termine.

 

La musique est nulle. Désolée Elfam mais bon. Non mais des fois il faut être franc et là tu t’es lamentablement loupé, si tant est que tu aies réellement travaillé les musiques de ce jeu.

Les graphismes sont au top du top.

L’histoire est bien prenante même si on se dit que ça fait penser à Indiana Jones IV. Mais pour ceux ayant déjà joué au I et II il y a un réel plaisir à retrouver les décors et certains personnages du II, du coup, puisque le jeu ne se déroule que 50 ans après le II.

Le gameplay est vraiment, mais vraiment cool. Aussi simple que d’habitude et mieux pensé au niveau des interactions. Une fois que vous avez installé le jeu sur la Xbox (ce que je conseille de faire) les temps de chargement sont beaucoup plus acceptables, autant dire que si vous ne le faîtes pas vous avez le temps de vous faire un chocolat maison entre deux tableaux. Le menu est incroyable, c’est simple je n’avais jamais vu ça : une fois que vous appuyez sur « Start » vous vous retrouvez dans une salle où un Major d’homme vous guide dans d’autres salles afin de vous aider à changer soit les armes, les vêtements ou encore à admirer les trophées. Il y a même le petit panier du chien qui dort paisiblement ! Hum d’ailleurs pour le coup le chien est bien dans cet épisode, il sert vraiment contrairement au II où je trouvais qu’il n’était pas assez exploité. Niveau positionnement de la caméra c’est aussi assez simple et facile d’utilisation. Sauf pour le mode coopératif mais bon ça me paraît logique. D’ailleurs ce mode est aussi beaucoup plus complet que dans le II : le second personnage peut lui aussi customiser ses armes, ses pouvoirs ou son physique. Il peut également parler aux personnages non jouables et récolter des trésors. Malheureusement il n’est absolument pas indispensable à l’histoire donc lorsque qu’on utilise ce second personnage on pourrait avoir l’impression de n’être qu’un boulet vis-à-vis de la caméra. Parce que bon même si il aide aux combats, franchement ils ne sont pas bien compliqués. Pas de barre de vie ni de magie donc jamais de game over, on perd juste l’expérience acquise. C’est dommage, le simple fait d’instaurer des game over, des potions de résurrection, une barre de vie, de magie et des combats un peu plus compliqués aurait suffit à ce que le second joueur se sente vraiment utile.

Baaaah qu’est ce que je pourrais dire d’autre ? Que je n’aime pas trop le chemin lumineux, je préfère avoir une carte affichée dans un coin et me perdre de temps en temps, même si on se perd quand même avec le chemin lumineux parce qu’il est franchement parfois mal fait. Je n’aime pas trop le fait qu’il n’y ait pas de barre de menu rapide, ce qui fait qu’on ne peut utiliser les objets qu’à un moment précis et pas uniquement quand on le souhaite.

 

EDIT : et je regrette aussi que l'évolution physique du personnage ne soit pas aussi prononcée que dans le I, mais bon...

 

Enfin bref je suis contente. Thérésa a dit « bien d’autres aventures t’attendent » … Bah moi aussi j’attends une suite ! D’autant que Peter Molyneux (le papa de Fable) a déclaré dans Ig Magazine qu’il avait des projets mais qu’il ne pouvait en parler car le méchant attaché presse n’aurait pas été content. Accessoirement c’est le métier que j’aimerais faire. Mais pas pendant longtemps. Après je voudrais être chef. Genre chargée de communication ou directrice de la communication. Mais je serai quand même la méchante du coup, un peu, quand même. Donc on attend ces projets !

 

 

Ghost Trick : Phantom Detective

ghosttrick_grande_image

Gaaahhhhhh. Ce jeu est merveilleusement génialissime. Je ne sais pas si c’est parce que je suis naïve ou quoi ou qu’est-ce mais l’histoire est réellement pleine de rebondissements et de nouveautés. Pas le moment de s’ennuyer car même si le principe reste le même (sauver des gens en faisant bouger des objets) d’autres personnages se joignent à votre cause et il est possible d’utiliser leurs pouvoirs. Ce jeu est vraiment un parfait équilibre : du blabla mais pas trop au point de vous souler, des actions répétitives mais qui changent tout de même, une intrigue bien ficelé à tel point qu’on ne se doute pas trop de ce qu’il pourrait se passer. Je pense que les traducteurs ont fait un très bon travail, parce qu’en général y a toujours une couille quelque part. Soit la traduction oublie de nous indiquer un truc important par rapport aux dialogues originaux du coup on bug, soit elle donne de faux indice, soit elle aiguille carrément trop le joueur sur l’intrigue principale. Et puis ce n’est pas trop absurde. L’histoire l’est quand même, hein, c’est dans la lignée des Phoenix Wright n’oublions pas mais ça reste plausible. Franchement il est bien. Il est vraiment bien. J’aime ce jeu et j’ai hâte de le terminer. J’en suis à deux heures avant l’aube. Gaaaah Shu Takumi.

EDIT : snif ... Sissel, tu me manqueras. Ce final est parfait. J'ai pleuré.

 


 

PC_Dead_Space_2_Edition_collector

Sinon j’ai eu un caprice, je me suis achetée la version collector de Dead Space 2 (je remercie le Fleug de m’avoir fait découvrir ce jeu, et surtout avoir insisté pour que j’y joue même si j'ai failli mourir). La version collector comporte des trucs vraiment sympas en dehors du jeu genre les musiques, des images toutes belles tout ça tout ça. Et surtout une réplique du Cutter Plasma ! Bon j’ai lu des trucs comme quoi il fait vraiment jouet en carton et pas du tout à la taille réelle. Bon, peut être. Mais 60€ la version collector (à peu près le prix d’un jeu simple), peut-on faire la fine bouche ? Et puis apparemment la réplique peut servir de lampe de poche ! Non allez, avouez ça pète et vous aussi si jamais un jour je vous invite chez moi, qu’on éteint la lumière et que vous voyez ce truc briller dans la nuit vous vous amuserez avec comme un enfant.

 

Ah oui et sinon. Je veux la 3DS. Et j'ai appris qu'en Australie le lancé de nains est légal voire traditionnel. En France non à cause de droit à l'image.